Haut

Economie circulaire : une histoire sans fin

L

e Premier ministre, Mr E.Philippe, a présenté le 23 avril à Laval sa feuille de route pour une économie circulaire. Elle contient 50 mesures pour mieux produire, mieux consommer, mieux gérer nos déchets et mobiliser tous les acteurs.

Sortir de la logique « extraire, produire, consommer, jeter »… c’est l’enjeu de l’économie circulaire basée sur la réparation, le réemploi, le recyclage, bref la réutilisation des matières premières et des consommations intermédiaires pour économiser les ressources.

L’objectif phare de la feuille de route est de tendre vers les 100 % de collecte des produits recyclables en rendant le tri plus simple pour les citoyens. Comment ? D’abord en organisant la collecte des bouteilles et cannettes dans les lieux où elles sont achetées et consommées : commerces, gares, lieux publics, entreprises.

Des appels à projets vont être lancés pour expérimenter la mesure dans des territoires pilotes où les taux de collecte sont actuellement très faibles. L’enjeu de la réorganisation des consignes a émergé lors de la consultation menée en amont de la feuille de route par le Gouvernement.

La consigne permet de donner de la valeur aux bouteilles et canettes afin que les consommateurs ne les abandonnent pas dans l’environnement ou l’espace public : aujourd’hui, le tri est gratuit et repose sur un acte volontaire. Cela ne suffit pas : seulement 25 % des emballages plastiques sont recyclés. A l’échelle de la planète, les déchets plastiques provoquent des dégâts économiques, sanitaires et environnementaux désastreux : 94 % des estomacs d’oiseaux de mer du Nord contiennent du plastique et 86 % des tortues marines les ingèrent en les confondant avec le zooplancton. Sur terre, les déchets polluent l’espace public comme les espaces naturels. Il est donc urgent d’inciter davantage les consommateurs au recyclage.

« Toutes les collectivités qui s’engageront vraiment pour l’économie circulaire verront leurs charges baisser » promet le Premier ministre.

Les initiatives des collectivités sont très attendues pour augmenter significativement les volumes de collecte des déchets valorisables. Elles seront incitées financièrement à pratiquer le recyclage des déchets organiques plutôt que la mise en décharge. Les coûts de fonctionnement de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (frais de gestion perçus par l’État) seront réduits pendant les trois premières années de déploiement de la tarification incitative. La commande publique (15 % du PIB) est également un levier envisagé pour stimuler l’économie circulaire.

Les objectifs du Gouvernement :

Réduire la consommation de ressources liée à la consommation française : réduire de 30% la consommation de ressources par rapport au PIB d’ici à 2030 par rapport à 2010

Réduire de 50% les quantités de déchets non dangereux mis en décharge en 2025 par rapport à 2010

Tendre vers 100% de plastiques recyclés en 2025

économiser l’émission de 8 millions de tonnes de CO2 supplémentaires chaque année grâce au recyclage du plastique

Créer 500 000 emplois supplémentaires

Partagez !